Aimons Saint-Gratien en val d'oise

Patrimoine disparu

de la rue Pierre-Brossolette, le pavillon a peu changé, et le bâtiment au fond de la cour existe toujours.

L'école des demoiselles Martin

À Saint-Gratien, les familles adeptes de l’école libre envoient leurs garçons à l’école Saint-Paul de Sannois, à Saint-Louis d’Enghien ou à Eaubonne.

Les filles fréquentent l’école des demoiselles Martin, où elles côtoient quelques-unes des pensionnaires des religieuses arméniennes installées dans le château Catinat. Les cours Martin se trouvent rue des Écoles (aujourd’hui, 12, rue Pierre-Brossolette). Hélèna Martin fait classe aux moyennes au rez-de-chaussée du pavillon. Anita Martin et Madame Juliette, l’épouse de Constant Martin, ont la responsabilité des plus petites et des plus grandes, regroupées dans un bâtiment au fond de la cour. Chaque matin, une phrase de morale tirée de la Bible est écrite sur le tableau noir et rappelle qu’ici, la prière est de coutume.

Anita et Hélèna Martin ont tenu les Cours Martin de 1903 à 1965. Leur fermeture entraîna l’étude d’implantation d’une nouvelle école privée. Après avoir décidé d’utiliser une partie du terrain de la kermesse, dans les Allées Vertes, la construction fut envisagée sur un autre terrain, rue Philippe-Dartis. Le projet ne vit jamais le jour.

Dans les années 1960, Ernest Cousin, passionné par l’histoire de Saint-Gratien, interviewait Hélène Martin et sa sœur Anita Marie. Dans ce premier enregistrement, Hélène se souvient des processions de la fête Dieu dans les rues de Saint-Gratien. Pour agrémenter la bande son, nous y avons ajouté diverses photos d’époque, retrouvées chez M. Prodhomme, un membre de leur famille.